Prise en main d'Eclipse Ganymede (3.4)

Ceci est une traduction de l'article « Introduction to Eclipse 3.4 (Ganymede) ».

Cet article va décrire l'utilisation d'Eclipse en tant qu'EDI pour Java.
Il va commencer par une courte présentation d'Eclipse puis va détailler ses différentes fonctionnalités pouvant améliorer la productivité des développeurs avant de lister les raccourcis clavier les plus importants et de donner quelques trucs et astuces pour faciliter encore l'utilisation de l'EDI.

Cet article a d'abord été écrit pour Eclipse Europa (3.3) et a par la suite été mis à jour pour Eclipse Ganymede (3.4)

Article lu   fois.

L'auteur

Liens sociaux

Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

I. Débuter

I-A. Installation

Téléchargez Eclipse Ganymede sur le site Eclipse.org et décompressez l'archive dans un dossier. Il n'y a pas de procédure d'installation.

Au moment d'écrire cet article, le Milestone 7 est disponible au téléchargement ici (NDT La version 3.4 finale est à présent disponible).

Eclipse nécessite une machine virtuelle Java 5.0. Néanmoins, il est recommandé d'utiliser Java 6.0 (à savoir un JRE 1.6).

I-B. Lancer Eclipse

Pour lancer Eclipse, double-cliquez sur le fichier eclipse.exe dans le répertoire d'installation.

Une boîte de dialogue vous permet alors de préciser le workspace à utiliser. Le workspace est un dossier dans lequel seront stockés vos projets Java. Sélectionnez un dossier existant et cliquez sur OK.

[ALT-PASTOUCHE]

Eclipse va se lancer et afficher la page d'accueil.

[ALT-PASTOUCHE]

Fermez la page d'accueil en appuyant sur la petite croix à côté du mot Welcome.

I-C. Mises à jour logicielles et installation de plugins additionnels

Le gestionnaire de mises à jour a été complètement refait dans Eclipse Ganymede.

Eclipse fournit l'ensemble de ses fonctionnalités via un système de plugins. Ganymede contient un gestionnaire de mises à jour qui vous permet d'actualiser les plugins installés et d'en installer de nouveaux. Le gestionnaire est accessible via le menu Help -> Software Updates.

[ALT-PASTOUCHE]

Cliquez le bouton « Check for updates » afin de vérifier si des mises à jour sont disponibles pour les plugins installés.

Sélectionnez l'onglet « Available Software » pour installer de nouveaux plugins. Par exemple, pour accéder à tous les packages distribués avec Ganymède, cliquez sur « Manage sites » et sélectionnez le site « Ganymede Update Site ». Déroulez ensuite la liste pour voir tous les packages disponibles.

II. Présentation d'Eclipse

II-A. Workspace

Le workspace est l'emplacement physique dans lequel vous travaillez. Vous pouvez choisir un workspace au démarrage d'Eclipse ou via le menu « File-> Switch Workspace-> Others ».

Notez que tous vos projets, fichiers source, images et autres ressources seront stockés dans votre workspace.

II-B. Définir le workspace au démarrage

Pour prédéfinir le workspace, vous pouvez utiliser le paramètre de démarrage -data chemin_vers_le_workspace. Par exemple, si votre Eclipse se trouve dans c:\eclipse, utilisez cette méthode pour définir le workspace dans c:\temp.
Notez qu'il faut entourer le chemin de fichier par des guillemets. Par exemple :

 
Sélectionnez
c:\eclipse.exe -data "c:\temp"

II-C. Éléments d'interface graphique d'Eclipse

Eclipse fournit des perspectives qui regroupent des vues et des éditeurs.

II-D. Perspective

Une perspective est un conteneur graphique regroupant des vues et des éditeurs.

Vous pouvez modifier l'arrangement des éléments d'une perspective (ouvrir / fermer des vues ou des éditeurs, changer la taille, changer la position, etc.).

Si vous n'êtes pas satisfait de l'arrangement d'une perspective, vous pouvez la restaurer dans son état originel en utilisant le menu « Window -> Reset Perspective ».

Eclipse vous permet de changer de perspective via le menu « Window -> Open Perspective -> Other ».

II-E. Vue

Les vues fournissent des informations sur une tâche spécifique. Une vue est généralement utilisée pour naviguer dans une hiérarchie d'informations, ouvrir un éditeur ou encore afficher les propriétés de l'éditeur courant.

II-F. Éditeur

Les éditeurs montrent le contenu principal de votre application. C'est l'élément principal de l'interface graphique.

II-G. Comparaison Vue / Éditeur

Les différences principales entre un éditeur et une vue ne sont pas techniques, mais sémantiques. Utilisez un éditeur pour une tâche si celle-ci est une tâche principale.

Différences techniques

  • Les éditeurs sont partagés entre différentes perspectives. Par exemple, si vous fermez un éditeur dans une perspective, il sera fermé dans toutes les perspectives.
  • Vous pouvez accéder à l'éditeur actif même si celui-ci n'a pas le focus. Cela rend les accès à l'éditeur et les mises à jour de ce dernier plus faciles.

Pour décrire des vues et des éditeurs, prenez l'exemple d'un client mail. La navigation à l'intérieur du client mail sera effectuée à l'aide de vues alors que la partie servant à écrire un mail sera fournie par un éditeur.

III. Créez votre premier programme Java

III-A. Programme en ligne de commande « Hello Eclipse Ganymede! »

Ce chapitre va décrire comment créer un programme Java minimal en utilisant Eclipse.

Allez dans le menu « File -> New-> Java project ». Entrez « FirstGanymede » comme nom de projet. Choisissez l'option « Create separate source and output folders ».

[ALT-PASTOUCHE]

Cliquez sur « Finish » pour créer le projet. Un nouveau projet est créé et affiché comme un dossier.

[ALT-PASTOUCHE]

Ouvrez le dossier « FirstGanymede », sélectionnez le dossier « src », faites un clic droit sur ce dossier et sélectionnez « Create Package ». Entrez « mypackage » comme nom de package.

[ALT-PASTOUCHE]
[ALT-PASTOUCHE]

Faites un clic droit sur le nouveau package et sélectionnez « New -> Class »

[ALT-PASTOUCHE]

Saisissez « MyFirstClass » comme nom de classe et cochez la case « public static void main (String[] args) »

[ALT-PASTOUCHE]

Modifiez le code de la façon suivante :

 
Sélectionnez
package mypackage;

public class MyFirstClass {

    /**
     * @param args
     */
    public static void main(String[] args) {
        System.out.println("Hello Eclipse Ganymede!");
    }
}

Maintenant lancez votre code

[ALT-PASTOUCHE]

C'est terminé! Vous devriez voir maintenant la sortie suivante dans la vue « Console ».

[ALT-PASTOUCHE]

IV. Usage productif d'Eclipse

IV-A. Assistant de contenu

L'assistant de contenu peut être lancé par [Ctrl + Espace] pour obtenir le système d'aide à la saisie. Par exemple, écrivez « syso » et ensuite pressez sur [Ctrl + Espace] et « syso » sera remplacé par System.out.println("").

Si vous appuyez sur Enter dans l'assistant, le curseur se placera à la fin de la ligne courante.

Il n'est pas sensible à la casse des types Java. Ainsi, vous pouvez écrire « NPE » et pressez [Ctrl + Espace] pour obtenir la liste des types dont le nom contient ces trois lettres majuscules, par exemple NullPointerException.

L'assistant de contenu permet également la définition des variables. Par exemple, créez une variable « private String » et appuyez sur [Ctrl + Espace] pour définir le nom automatiquement. Par défaut, il utilisera le nom du type comme nom de variable.

IV-B. Quick Fix

Dès qu'Eclipse repère un problème au niveau du code, le code fautif est souligné. Sélectionnez le code en question et appuyez sur [Ctrl + 1].

Par exemple, écrivez « myBoolean = true; ». Si myBoolean n'est pas encore défini, la ligne sera indiquée en erreur. Sélectionnez la variable et faites [Ctrl + 1], Eclipse vous suggérera alors de créer une variable de classe ou une variable locale.

Vous pouvez aussi utiliser le « Quick Fix » pour créer une nouvelle variable ou variable de classe pour un paramètre d'une méthode. Sélectionnez dans la méthode le paramètre et faites [Ctrl + 1] pour avoir l'option « Assign the parameter to new field ».

Vous pouvez également profiter du « Quick Fix » pour créer rapidement le squelette d'une méthode à partir d'une instance de classe. Écrivez juste le nom de la méthode comme si vous vouliez l'invoquer. Eclipse vous indiquera que cette méthode n'existe pas, et il vous suffira de presser [Ctrl + 1] pour vous voir proposer la création de cette méthode.

Vous pouvez encore bénéficier du « Quick Fix » pour gérer les exceptions, par exemple pour créer le bloc try/catch ou ajouter une nouvelle clause throws à la méthode.

Vous pouvez en outre vous servir du « Quick Fix » pour assigner une déclaration à une nouvelle variable. Par exemple, si vous avez l'expression « a.calculateSomething(); » où calculateSomething retourne un entier. Sélectionnez l'expression et faites [Ctrl + 1] pour l'assigner à une nouvelle variable locale ou de classe.

Avec le « Quick Fix », vous pouvez aussi vérifier l'orthographe des mots dans le code.

IV-C. Options importantes

Eclipse permet de changer la couleur des guillemets (et d'autres éléments) automatiquement.

[ALT-PASTOUCHE]

Eclipse permet également de formater le code source et d'organiser les imports à la sauvegarde.

[ALT-PASTOUCHE]

IV-D. Gestion des tâches

Si vous utilisez « // TODO » dans votre code, cela va indiquer une tâche pour Eclipse et vous allez la trouver dans la vue Tasks.

IV-E. Working Sets

Un problème commun dans Eclipse est que les données de votre workspace augmentent et que votre workspace en devient moins bien structuré. Vous pouvez utiliser les Working sets pour organiser vos projets affichés ou vos données. Pour configurer vos Working sets, dans le menu de la vue « Package Explorer », sélectionnez « Select Working Set » :

[ALT-PASTOUCHE]

Appuyez sur « New » dans la fenêtre qui s'affiche pour créer un Working set.

[ALT-PASTOUCHE]

Dans la fenêtre suivante, sélectionnez Java, sélectionnez le dossier source que vous voulez voir et donnez-lui un nom. Vous pouvez maintenant facilement afficher les fichiers que vous voulez voir.

[ALT-PASTOUCHE]

IV-F. Synchroniser le Package Explorer avec l'affichage de l'éditeur

Dans le Package Explorer, sélectionnez le menu déroulant en haut à droite. Ici, vous trouvez les options d'affichage. Sélectionnez le dernier élément « Link with Editor ». Cet élément est aussi disponible dans le menu avec le bouton aux deux flèches.

Avec cette option, le Package Explorer va toujours montrer le fichier source ouvert dans l'éditeur. Par exemple, si vous travaillez sur le fichier foo.java et vous changez de fichier dans l'éditeur pour bar.java, ce sera ce dernier qui sera sélectionné dans le Package Explorer.

IV-G. Modèles de code

Si vous devez fréquemment écrire le même morceau de code ou partie de document, vous pouvez gérer des modèles qui pourront être activés avec l'autocomplétion [Ctrl + Space].

Par exemple, si vous utilisez Eclipse pour modifier des fichiers XML et avez fréquemment à écrire le texte suivant avec seulement un nom différent.

 
Sélectionnez
<para>
    <programlisting>
        <xi:include xmlns:xi="http://www.w3.org/2001/XInclude"
            parse="text" href="../examples/java/wizard/MyPageTwo.java" />
    </programlisting>
</para>

Pour créer un modèle pour cela, sélectionnez le menu « Window -> Preferences » et ouvrez « Web and XML -> XML Files -> Templates »

[ALT-PASTOUCHE]
[ALT-PASTOUCHE]

Appuyez sur New. Créez le modèle suivant. ${cursor} indique que le curseur sera placé à cette position après avoir appliqué le modèle.

[ALT-PASTOUCHE]

Maintenant, à chaque fois que vous écrivez le mot clé et que vous pressez [Ctrl + Space], le système va vous proposer d'ajouter le texte additionnel.

[ALT-PASTOUCHE]
[ALT-PASTOUCHE]

IV-H. Identifiez les classes / méthodes inutilisées

Pour localiser les références sur une classe ou sur ses méthodes publiques, sélectionnez la classe, appuyez sur le bouton droit et sélectionnez « References -> Workspace ». Eclipse va chercher si et où la classe et ses méthodes publiques sont utilisées.

[ALT-PASTOUCHE]

V. Raccourcis

V-A. Programmation Java

Raccourcis importants

Raccourci

Description

CTRL + 3

Raccourci pour entrer des commandes, par exemple njc pour créer une nouvelle classe Java ou npip pour créer un nouveau projet de Plug-In

CTRL + S

Sauvegarder

ALT + SHIFT + X, J

Exécuter en tant qu'application Java

SHIFT + F2

Ouvre la Javadoc pour le type, la classe ou la méthode sélectionnée

CTRL + SHIFT + F

Formater le code source

CTRL + SHIFT + O

Organiser les imports / Ajouter les imports manquants

ALT + SHIFT + R

Refactoring / Renommer la méthode ou variable

ALT + LEFT , ALT + RIGHT

Retourner à la dernière position / Aller à la position suivante

V-B. Éditeur

Raccourcis importants

Raccourci

Description

CTRL + ALT + DOWN

Copier la ligne

CTRL + D

Supprimer la ligne

Pos1

Début de la ligne

End

Fin de la ligne

CTRL + Q

Dernière position modifiée

CTRL + M

Mode plein écran pour la programmation Java et retour en mode normal

Recherche

Raccourci

Description

ALT + LEFT , ALT + RIGHT

Aller à la position précédente ou suivante

CTRL + Click gauche sur une variable

Aller à la déclaration de la variable

CTRL + , , CTRL + .

Aller au problème précédent, suivant

F3 sur une variable

Aller à la déclaration de la variable

F4 sur une variable

Afficher la hiérarchie des types

CTRL + J , CTRL + SHIFT + J

Recherche de chaîne incrémentale, en avant ou en arrière.
NDT Ces raccourcis attendent que l'on saisisse une chaîne de caractères à rechercher

Sélection

Raccourci

Description

CTRL + SHIFT + LEFT

Sélectionner le mot précédent

CTRL + SHIFT + RIGHT

Sélectionner le mot suivant

ALT + SHIFT + LEFT

Sélectionner l'élément précédent

ALT + SHIFT + RIGHT

Sélectionner l'élément précédent

CTRL + DEL

Supprimer l'élément suivant

CTRL + LEFT

Déplacer un élément sur la gauche

CTRL + RIGHT

Déplacer un élément sur la droite

V-C. Programmation

Raccourcis importants

Raccourci

Description

CTRL F11

Exécuter la dernière classe lancée

F12

Focus la fenêtre d'éditeur

CTRL + SHIFT + P

Allers-retours sur les caractères ouvrants et fermants (){}[]

ALT + SHIFT + Z

Entourer le bloc avec try/catch

Debug

Raccourci

Description

CTRL + SHIFT + B

Ajouter un point d'arrêt

F11

Déboguer la dernière classe lancée

F5

Pas simple (vers le bas)

F6

Pas simple (saut)

F7

Haut

VI. Debug

Déboguez votre application en sélectionnant le menu « Run -> Debug ».
Pour ajouter des points d'arrêts, faites un clic droit dans la petite colonne à gauche du code et sélectionnez « Toggle Breakpoint ». À partir de là, vous pouvez modifier les propriétés du point d'arrêt et ainsi conditionner sa prise en compte. Par exemple, il est possible de spécifier que seul un 12e passage (Hit Count) provoquera son déclenchement, ou alors parce qu'il aura respecté une expression conditionnelle particulière (avec laquelle vous pouvez tout aussi bien tracer des informations de debug).

[ALT-PASTOUCHE]
[ALT-PASTOUCHE]

VII. Remerciements

  • Lars Vogel : pour nous avoir accordé la permission de traduire cet article.
  • Baptiste Wichet : pour avoir effectué la traduction ainsi que pour avoir participé à la relecture.
  • mlny84 : pour avoir effectué la gabarisation de l'article original ainsi que pour avoir participé à la relecture.
  • Adobex : pour ses relectures.
  • sinok : pour ses relectures.
  • Ricky81
  • djo.mos

Vous avez aimé ce tutoriel ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons suivants : Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

  

Les sources présentées sur cette page sont libres de droits et vous pouvez les utiliser à votre convenance. Par contre, la page de présentation constitue une œuvre intellectuelle protégée par les droits d'auteur. Copyright © 2008 Lars Vogel. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site ni de l'ensemble de son contenu : textes, documents, images, etc. sans l'autorisation expresse de l'auteur. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.